Adepte de l’excentricité la plus assumée, Yazbukey n’est pas de celles qui se prennent trop au sérieux. La présentation de sa collection printemps-été 2018 avait d’ailleurs des airs de procession délurée en l’honneur des dieux (ou plutôt, des déesses) égyptien(ne)s avec une Anna Cleveland -possédée par les dieux de la mode – performant une danse de la séduction de sa gestuelle inimitable. Vêtue d’un body et de manches à franges d’or, c’est une statue de déesse qui prend vie sous les yeux d’Emmanuel Perrotin et Lorena Vergani, Felipe Oliveira Baptista et Stéphane Ashpool. La déesse Cleveland est vite rejointe sur scène par son armée de disciples, jeunes nymphes en body et maillots de bain, éventails à motifs mains manucurées et amphore sous le bras. Entre vénération et hédonisme, elles se prosternent avant de s’installer pour faire bronzette sur le sable. Chaud, il fait bien chaud dans l’Egypte colorée de Yazbukey – un hommage à sa mère, égyptologue réputée, et à la liberté des femmes.

Photos: Jean Picon

Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.