“L’œuvre en forme de vertige serait celle qui crée un trou dans le langage, un blanc dans nos incertitudes, un ébranlement dans nos échafaudages”. Tel est le propos de Gaël Charbeau, commissaire d’exposition de “En forme de vertiges”, group show de la quatrième édition de la Bourse Révélations Emerige. Pour cette édition 2017, douze artistes, représentants de la jeune garde artistiques française, ont été choisis par un comité de sélection présidé par Laurent Dumas, fondateur du groupe Emerige. Nouveauté cette année, ce n’est pas une mais deux galeries qui s’associent à la Bourse et s’engagent ainsi à accompagner les lauréats : la Galerie Papillon (Paris) et The Pill (Istanbul). Une évolution qui participe du rayonnement des Révélations Emerige à l’international. Ce 7 novembre, la soirée d’inauguration à la Villa Emerige a vu galeristes, critiques d’art et personnalités influentes de la scène artistique se mêler à l’accrochage fluide des œuvres entre peinture, sculpture et installations in situ. À l’issue de la soirée, la Bourse a été attribuée à la jeune artiste marseillaise Linda Sanchez, qui aura l’opportunité de présenter une exposition personnelle à la Galerie Papillon. Alice Guittard, que l’on découvrait chez 22 Visconti la semaine dernière, a elle été choisie par la galerie The Pill pour y présenter son travail dans le cadre d’un solo show. L’action de mécénat du groupe Emerige n’est plus à prouver : voilà quatre ans que la Bourse Révélations met en lumière le travail de jeunes artistes encore non représentés professionnellement par des galeries. “En forme de vertiges” est à découvrir jusqu’au 30 novembre.

Photos: Jean Picon

Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.