Comme chaque année depuis six ans, le dîner des Amis du Jeu de Paume donnait le coup d’envoi de Paris Photo. Avant de migrer vers le Grand Palais pour une semaine consacrée à la photographie, le Jeu de Paume invitait artistes, galeristes et collectionneurs à se réunir autour de sa table pour un dîner pour le moins exceptionnel. Et pour cause, cette année l’institution qui surplombe le Jardin des Tuileries avait misé sur une expérience inspirée des cinq sens. D’abord la vue, bien sûr, avec la découverte en toute intimité de l’exposition d’Albert Renger-Patzsch et d’une scénographie expérientielle signée Marianne Guédin. L’ouïe ensuite, avec le rarissime enregistrement d’Ella Fitzgerald, une découverte sonore immersive conçue par les ingénieurs de Devialet. L’odorat aussi: parfumeur au Firmenich, Daphné Bugey dévoilait le parfum créé exclusivement pour l’exposition d’Ali Kazma. Enfin, le toucher et le goût n’ont pas été en reste avec un dîner gastronomique qui créait la rencontre entre cuisine japonaise et tradition française – une fusion que l’on doit à Maître Suzuki, chef du restaurant Kura-Hana Bento. Comme chaque année, les fonds récoltés à l’occasion du dîner des Amis permettront d’aider le Jeu de Paume dans la réalisation et le rayonnement de ses projets.

Photos: Jean Picon

Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.