Anna Klossowski, Charlotte Morel, Louise Grislain L’art au service du quotidien 28.02.2018 #art

« L’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art », Robert Filliou

C’est sous la bannière We Do Not Work Alone qu’Anna Klossowski, Charlotte Morel et Louise Grislain se sont réunies, en 2015, pour proposer des éditions d’artistes. Ce nom s’inspire, également, du titre de l’essai du potier japonais Kawai Kanjiro qui rassemble des réflexions sur la création artistique. Petite-fille de Balthus, fille de Loulou de la Falaise et de Thadée Klossowski de Rola, filleule d’Yves Saint Laurent, Anna Klossowski s’inscrit dans une lignée créative et artistique de premier plan. Mais la jeune femme a su trouver son propre chemin et se faire un nom dans le monde de l’art contemporain. Après ses études d’histoire de l’art, elle crée avec deux de ses camarades KGM – pour Klossowski, Grislain et Morel – qui deviendra, plus tard, We Do Not Work Alone. La maison propose à des artistes de travailler sur des objets du quotidien. Rencontre avec ce trio qui rend l’art vraiment accessible.

La quatrième édition de la vente NOW! chez Sotheby’s s’est tenue le 28 février dernier, replongez au cœur du vernissage de l’exposition ICI

Comment est né le projet We Do Not Work Alone ?

Nous nous sommes rencontrées à la Sorbonne dans un master formant des commissaires d’exposition. Ensuite nous avons travaillé dans des galeries d’art moderne et contemporain, tout en organisant ensemble quelques expositions de jeunes artistes. Nous aimons le travail avec les artistes, les visites d’atelier et leur connaissance toujours très personnelle de l’histoire de l’art, la manière dont ils regardent les œuvres du point de vue de celui qui fait. Nous voulions travailler à leurs côtés de manière plus engagée et plus directe, afin de refléter notre croyance en la capacité de l’art à changer la vie, les chemins et les perspectives, selon l’assertion de Robert Filliou : « l’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art », célèbre mais toujours pertinente à nos yeux. C’est ainsi que We Do Not Work Alone, une maison d’édition qui produit des objets utiles pensés par des artistes est née !

Comment sélectionnez-vous les artistes édités ?

Au départ nous avons édité des artistes avec qui nous entretenions déjà des rapports artistiques et amicaux, comme Oliver Sévère ou Matthieu Cossé. Depuis nous avons étendu notre champ d’action, mais nous revendiquons l’arbitraire et la diversité de nos choix, reflet de la variété de nos intérêts. Chez certains artistes avec qui nous travaillons la question de l’objet et de l’usage est inhérente, déjà présente dans l’oeuvre, chez d’autres au contraire il s’agit de faire un pas de côté important pour transcrire un vocabulaire et des problématiques dans un objet édité et fonctionnel, qui ne soit pas un produit dérivé. C’est cet éventail de possibilités que nous avons envie d’explorer. 

Vous venez de collaborer avec Sotheby’s pour sa vente NOW!. Est-ce un nouveau territoire pour We Do Not Work Alone ?

Foires d’art contemporain, supermarchés, magasins de bricolage ou boutiques de musée : nous aimons montrer nos éditions dans les contextes les plus variés possible, les confronter à toutes les réalités. À nos yeux la vente NOW, qui propose des oeuvres accessibles et mélange l’art et le design suggère un rapport à l’art directement lié à la vie quotidienne, à la manière dont on se l’approprie et l’on vit avec. C’est ce qui fait le lien avec la ligne éditoriale de notre maison d’édition et les pièces fonctionnelles que nous éditons. NOW!, comme WE DO NOT WORK ALONE est une incitation à débuter une collection grâce à des œuvres accessibles qui ne marquent pas de distance avec celui qui les regarde. 

Propos recueillis par Serge Carreira, Maître de conférences à Sciences Po

www.wedonotworkalone.fr

Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.