AD magazine change de décor. Pour l’édition 2018 de son immanquable rendez-vous AD Intérieurs, le magazine quittait la Monnaie de Paris pour prendre ses quartiers non loin, dans l’Hôtel de la Bûcherie. Situé dans la rue du même nom, cet édifice datant du XVème siècle est aujourd’hui entièrement en travaux et deviendra, courant 2019, la Compagnie des Philanthropes. Une histoire qui donne son thème à l’exposition, “brut et précieux”. Dès l’entrée dans le bâtiment aux voûtes apparentes et aux murs dénudés, on se prend au jeu de la “visite de chantier” revendiquée par le magazine. Au milieu de la foule compacte, les invités (citons Charles Zana, Pierre Hardy, le chef Yannick Alléno, Alexandre de Betak ou Betony Vernon) s’aventurent dans les riches univers des pièces à vivre proposés par la quinzaine de décorateurs sélectionnés par la rédaction d’AD. On commence par le troisième étage où le “bureau des philanthropes” de RF Studio Ramy Fischler (en charge de la rénovation du lieu) joue sur l’épure alors qu’un peu plus loin, on se bouscule pour saluer Fabrizio Casiraghi dans sa “bibliothèque bohème” surplombée d’une fresque peinte par l’artiste Roberto Ruspoli au plafond. Alors qu’on amorce la descente, on s’arrête dans le “cercle de jeu” de Laura Gonzalez et son impressionnante claustra en verre, et on fait un pause dans le “bureau de repos” de Stéphane Parmentier avant de totalement changer de décor dans le “salon de thé” manga de Maurizio Galante & Tal Lancman. On n’oubliera pas non plus d’aller voir les proposition de Mathieu Lehanneur et du duo Oitoemponto, habitués du rendez-vous qui, encore une fois, mérite bien son succès.

Photos: Valentin le Cron
Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.