La première collection signée Haider Ackermann chez Berluti était sans doute l’un des rendez-vous les plus attendus de la semaine des défilés masculins, et le nouveau directeur artistique de la maison n’a pas déçu. Si son prédécesseur a exploré la richesse du savoir-faire de la maison, c’est ici une forme de liberté que s’est accordé ce franc-tireur qui a appris son métier à la très côtée Académie royale des beaux-arts d’Anvers. Rare marque à se dédier entièrement à l’homme – ou presque, étant donné sa récente capsule féminine au Bon Marché – Berluti s’est donc vu revisitée par une main sensuelle, Ackermann jouant allègrement de textures tactiles, velours ou cuirs magnifiques, dans une palette magistralement maniée aux couleurs précieuses et profondes. Si le luxe était de mise dans ces silhouettes, l’esprit du créateur français s’y retrouvait également que ce soit dans la coupe racée d’une veste à double boutonnage ou dans cette impression bohémienne que dégageaient une veste de smoking en soie fuchsia ou un étui de guitare en cuir. Antoine Arnault et Haider Ackermann ont hosté un diner chez Maxim’s à l’issue du show. A la fois muse, égérie, et ami la plus fidèle, Tilda Swinton n’a rien manqué des deux parties, rejointe par un casting international qui a probablement défini à lui seul le renouveau de la maison transalpine : Usher, Bryan Ferry, Lewis Hamilton, les créateurs Waris Ahluwalia et Kim Jones ou encore l’architecte préféré de la mode, Peter Marino. Côté femmes, Haider a pu compter sur la présence logique de Natalia Vodianova mais également de sa bande d’irréductibles composée de Liya Kebede, Elizabeth von Guttman ou encore Lou Doillon.

Photos: Berluti

Vous aimerez aussi
Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.