La nature n’aura probablement jamais autant été au cœur de la semaine de la mode parisienne. Alors que les défilés sont rythmés par les aléas du climat et que l’ouragan Greta Thunberg fait le tour des réseaux sociaux, voilà que de plus en plus de designers et de grandes maisons crient haut et fort leur implication pour la protection de l’environnement (rappelons que l’industrie du prêt-à-porter compte parmi les plus polluantes). C’est le cas de Maria Grazia Chiuri, qui dès chez débuts chez Dior, a choisi d’utiliser ses défilés pour exprimer ses messages engagés – on se souvient du T-shirt « We should all be feminists ». Aujourd’hui, son engagement se porte sur la cause environnementale. La créatrice s’est associé à Coloco, un regroupement de paysagistes, urbanistes et botanistes parisiens qui œuvre à faire de « nos paysages des milieux accueillants pour la diversité biologique et culturelle ». Ils signent ensemble une forêt vouée à subsister au défilé et à contribuer à la biodiversité parisienne et au-delà. Un engagement en lien avec l’histoire de la Maison Dior : Maria Grazia Chiuri s’est inspirée de Catherine Dior (Miss Dior, c’est elle), sœur de Christian, femme engagée, membre de la Résistance et botaniste hors pair. Sur le podium, la créatrice imposait son style tout en élégance devant un parterre d’invités de haut vol : Jennifer Lawrence, Chiara Ferragni, Monica Bellucci, Laetitia Casta, Luka Sabbat, Karlie Kloss, Adèle Exarchopoulos ou Natalia Dyer que l’on pouvait suivre sur les Insta-stories @dior. L’occasion de faire un petit détour backstage pour jeter un œil…

Photos: Greg Vedrenne

Vous aimerez aussi
Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.