Calvi, day IV

Bateau Monster x Diesel, Plage Diesel In Casa

09.07.2012
#musique

Bien que le café ne soit pas légion en Corse, il est salvateur. On en boit. Beaucoup.

Pour rejoindre la plage Mar a Beach, trois solutions : Le Zodiac depuis le vieux port, l’engin tout-terrain (4X4 ou transport militaire, on ne sait pas trop, l’impondérable étant sa capacité à affronter la route cahoteuse), ou le petit sentier depuis la citadelle. On optionne la marche, juste pour le plaisir. Ce chemin visiblement très peu foulé serpente le maquis en longeant la mer. Une série de criques désertes s’offrent alors à nous : moment de communion avec la nature, teintée de turquoise, silencieuse, alléluia. On y rejoint quelques amis pour un moment de chill et de musique douce. Thibault et Bertrand (ou Breakbot et So Me, comme vous voulez) nous y attendent avec des « Tomates », ces cocktails douteux à base d’anis et de grenadine. On parle d’un article récent du Herald Tribune. Du coup on extrapole sur Suzy Menkes, et on se demande si quand elle se baigne, les gens la prennent pour un requin, ou non. Ceux qui ne la connaissent pas ne comprennent pas, on congratule Thibault pour son set de la veille.

Option Zodiac pour le retour, qui nous conduit en vitesse sur la plage In Casa. Busy P et Erol Alkan y officient depuis 15h. Comme à chaque fois, c’est la liesse d’un armistice, on croise des bimbos, des Rivieras, des lunettes rondes, des moustaches, et la bande de freaks de la styliste ultra perchée Jackie Taylor. On inspecte sa coiffe faite de fruits en plastiques, et on se dit que ça ressemble à Andrea Crews, et House of Moda, en moins bien.

Coincée entre les escaliers qui relient les ruelles de la vieille ville, la petite place Marchal est un havre de paix. Jusqu’à l’heure du dîner tout du moins, car celle que les locaux surnomment la « place du lion » abrite A Piazzetta, le restaurant le plus couru de la ville. Le Tout-Calvi s’y délecte des poêlées de spaghettis à la crème qui font la réputation des lieux. Le Tout-Paris, plutôt. A 23h, impossible d’y trouver un couvert. On se télescope donc au restaurant mitoyen. C’est la première fois que l’on goûte à une Bruschetta sans pain, sans ail, et sans tomate. On comprend de fait pourquoi tout le monde est à côté.

Chaque soir, pour se rendre aux concerts, on passe devant ce yacht rutilant, gigantesque engin des mers d’au moins 40 pieds, amarré de façon à ce que tout piéton s’électrocute en admirant ses chromes. Sur le premier pont, une famille apérote, ce qui déclenche à notre table une conversation versatile autour de quelques grands fondements de l’humanité. On se dit qu’à leur place, on culpabiliserait. Amandine, qui tient les manettes du label Ed Banger, est moins tranchée et rétorque qu’après tout, bonne fortune est faite à ceux qui le méritent. Ultime pichet de rosé corse en compagnie féminine. Ces filles-là ne sont pas des groupies : journalistes, djettes, ou femmes de, elles sont les forces de l’ombre de nos hommes de scène tatoués. Mains de fer, gants de velours, pulls Kenzo.

Django Django est déjà passé. On se hâte pour Azari & III et Nicolas Jaar. De là, quelques tablées nous hèlent. On fait mine de ne pas entendre, marre des mondanités…

Photos: Jean Picon et Virgile Guinard
Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.