Peut-on référencer les couleurs des mers du globe ? Avec “50 Seas”, son exposition présentée jusqu’au 2 février chez Christie’s Paris, Mathieu Lehanneur semble endosser le rôle du scientifique pour répondre à cette question. Le designer français présente une série de cinquante disques en céramique émaillée, tous d’une nuance de bleu différente tirée des mers du globe. Un “nuancier de notre environnement liquide” dans lequel le visiteur navigue à la fois dans sa complémentarité subtile mais aussi dans la singularité de chacune des pièces. Mathieu Lehanneur n’est pas étranger au thème de la mer et de ses mouvements. Avec ses œuvres “Liquid Marble” et “Ocean Memories”, le designer explorait déjà les moyens de représenter l’état liquide avec des matières solides (ici, la céramique). “50 Seas”, c’est aussi l’affirmation que les technologies de pointe peuvent alimenter les arts décoratifs : pour créer ses cinquante disques, Mathieu Lehanneur s’est appuyé sur des photos satellite haute-définition pour représenter cinquante points précis répartis sur la surface du globe. Comme les invités présents à l’ouverture de l’exposition, de Sarah Andelman à Alexandre de Betak, on ne peut s’empêcher de se poser la question : Mathieu Lehanneur aurait-il trouvé ici le moyen de représenter l’infini ?

Photos: Pierre Mouton

Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.