Dans les anciens locaux de Libération, Adidas arrête le temps pour ses nouvelles NMD

11 rue Béranger

05.04.2017
#mode

En arrivant dans les anciens locaux de Libération, mythiques pour leur configuration atypique (et restés inoccupés depuis plusieurs années), personne ne se doutait de l’expérience inédite qui allait être dévoilée. C’est peu connaître Adidas que de s’attendre à un événement classique de la part de la marque, surtout lorsqu’il s’agit de fêter le lancement de ses nouvelles NMD, le modèle que tout le monde s’arrache depuis sa sortie. Dès l’entrée, l’atmosphère sombre et hors du temps rappelle une esthétique entre « Blade Runner » et « Poltergeist » alors que les invités pénètrent dans les grandes pièces qui portent encore les vestiges de leurs vies passées (téléphones, courriers et même une imprimante laissés derrière par l’équipe de Libération). Les open spaces s’enchaînent dans des étages reliés par des plans inclinés, et la découverte se poursuit: on y rencontre des visages singuliers et excentriques, des performeurs dont une bodybuildeuse et des danseurs tous venus de la planète NMD. « Une exploration urbaine unique », comme le décrit Adidas, où l’on se perd les yeux grand ouverts, l’occasion de croiser l’incontournable Tina Kunakey, la jeune mannequin Mathea Lucchini, et bien d’autres, avant de se retrouver sur le toit-terrasse avec une vue imprenable sur Paris plongée dans la nuit.

Photos: Virgile Guinard
Vous aimerez aussi
Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.