À l’issue du premier jour de semaine de la mode masculine, Isabel Marant fêtait la presque-ouverture de son nouveau flagship dédié à ses collections homme. Au 111 rue de Turenne, impossible de rater la foule qui s’est agglomérée devant la boutique. Les « retardataires » arrivés après le crépuscule (certainement pour avoir passé la première partie de soirée au cocktail de la mode masculine au Musée Picasso) s’immiscent dans la foule déjà bien égayée: ça bouge, ça danse, ça s’embrasse au son de DJ sets par Cut Killer et Richie Reach – et, quelques minutes plus tôt, d’une performance de danse d’Alliance Crew. Même si l’on vérifie votre invitation à l’entrée de la boutique, Isabel Marant a véritablement investi la rue, et on ne s’étonne pas de voir les Parisien(ne)s se joindre à la fête baptisée « Gigot Bitume ». Pour la petite histoire, le gigot bitume est le plat (et par extension, la fête) que préparaient les ouvriers à la fin du gros œuvre, une tradition de chantier consistant à faire cuire le gigot, entouré de papier kraft et d’aluminium, dans le bitume encore chaud. On est totalement dans le thème. À l’intérieur, on vient récupérer sa coupe et ajouter au pinceau sa signature sur un pan de mur laissé brut. Le voilà, le bitume: toute la boutique (qui ouvrira officiellement en septembre) fait encore l’effet d’un « work in progress » avec une touche d’humour, en témoignent les saucissons pendus au plafond. Dehors, on croise les amis de la maison, le mannequin Luc Defont, Lukas Ionesco, Calypso Valois, Nicolas Maury ou encore Monica de la Villardière et Emily Marant. Avant de rentrer (ou d’enchaîner sur une autre soirée ?), on n’oublie pas de récupérer son T-Shirt… dans une bétonnière !

Photos: Jean Picon
Vous aimerez aussi
Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.