L’ouverture du bar du Bristol

Rue du Faubourg Saint Honoré

13.09.2012
#lifestyle

La parenthèse luxe de la semaine fut sans conteste l’ouverture du bar du Bristol qui, avec la complicité de Saywho, transporta ses invités dans la quintessence du raffinement et de l’élégance à la française, et donna le point de départ à une série de happenings qui rythmeront la vie de l’hôtel chaque semaine du jeudi au dimanche.

Dès le lobby, le premier palace du nom nous dévoile tous ses charmes, et un service de haute volée qui nous change avec amusement des brasseries du Haut Marais. En arrivant dans le bar, on découvre un classicisme boisé qui se confronte subtilement aux abstractions de l’art contemporain. La grande tapisserie d’Aubusson signée Charles Pinçon fait échos à l’écran miroir placé derrière le bar, qui diffuse ce soir-là et pour un mois, quatre oeuvres de l’artiste Adrien Missika, récemment lauréat du prix de la Fondation d’entreprise Ricard. Chacun y va de son commentaire, on y parle vacances, expos, projets, et soirées. Les dj sets s’enchaînent, les esprits s’échaudent. Quelques belles haut perchées y déambulent au milieu des factures rares. Volupté.

Ce miroir, pierre angulaire de la velléité d’ouverture aux arts contemporains, accueillera, chaque mois, les oeuvres vidéos d’un nouvel artiste. La programmation, assurée par Saywho, abordera les thèmes du voyage, de l’architecture, de l’urbanité, du paysage puis du cinéma et de ses icônes.

Quelques coupes de Dom Pérignon plus tard, nous rejoignons les jardins du palace pour une cigarette mondaine. Nous passons d’un groupe à l’autre, de jeunes branchés en créateurs à la mode, et nous nous laissons bercer par la douce odeur des buis centenaires qui composent le poumon vert du sanctuaire hôtelier. A minuit, l’ambiance est à son comble. Le salon français se délecte de tapas étoilés, au son des éclats de rires et des cliquetis de stilettos.

Le bal des taxis ne tardera pas à faire son entrée. Nous, nous nous souviendrons de la beauté d’un instant, luxueusement passé dans un des lieux les plus chargés d’Histoire de la rue du Faubourg Saint Honoré. B.B.

Photos: Jean Picon
Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.