Arriver ce jeudi soir dans la cour de l’Hôtel de Guénégaud était déjà une expérience. Pour le lancement de son numéro de rentrée, Grazia investissait l’édifice pour une célébration de Paris tout en opulence, orchestrée par L’Agence Moderne Paris. Dès l’entrée, on se retrouvait plongé dans un voyage insolite au coeur de la capitale : une ballade sur un marché à Belleville dans la cour pavé, un festin autour d’un buffet fastueux de sucreries pastel, dans des salons luxueux, entourés par des transformistes grimés en des Marie-Antoinette décadentes, le tout cerné d’un jardin à la française, aussi délicat et luxuriant que les milliers de bulles à savon qui s’envolaient dans un ciel rose de fin d’été. La nuit tombant, la cour s’est remplie à vue d’oeil et l’on pouvait distinguer dans la foule les visages de Bérengère Krief, des frères Elicha (fondateurs de la maison The Kooples) ou d’Inès-Olympe Mercadal parmi les nombreux représentants des maisons de mode proches du magazine. Le tout au son des DJ sets de Chantal La Nuit et L’Homme Seul du collectif Garçon Sauvage. Point culminant de la soirée, la chanteuse Corine a offert une performance endiablée au milieu du jardin à la Française, alors que Metronomy mixait dans l’espace en sous-sol transformé en club survolté pour les plus intrépides. Face à l’édifice historique éclairé de lumières violettes, on n’a pas pu s’empêcher de feuilleter le numéro spécial mode et son dossier sur les « nouvelles parisiennes » – décidément un spécimen qui ne cesse d’inspirer de saison en saison.

Photos: Valentin Le Cron
Vous aimerez aussi
Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.