Marie-Agnès Gillot et Blanca Li dansent pour le programme ICCARRE

Jean-Paul Gaultier HQ - Paris IIIe

01.12.2014
#lifestyle

«Moins c’est bien, donc mieux». Alléger les effets de la trithérapie en espaçant la prise de médicaments des personnes séropositives, voilà la défi que s’est lancé le Dr. Jacques Leibowitch (co-découvreur du virus du SIDA), il y a plus de 10 ans depuis l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches. Aujourd’hui, le programme Iccarre a largement porté ses fruits et la formule thérapeutique est en passe de résonner dans le monde entier. Une pétition à destination des Autorités de Santé Française est d’ailleurs en signature sur le site de l’association (adresse ci-dessous).

Lundi soir dernier, Jean-Paul Gaultier a ouvert son sublime HQ au programme le temps d’une soirée rythmée par de multiples interventions, dont celle de l’artiste Aurèle, considéré comme le patient zéro de l’expérimentation, de Richard Cross (Président de l’association des amis d’Iccarre) ou du Dr. Leibowitch, qui est revenu non sans émotion sur les traces de son combat scientifique. Point d’orgue du happening caritatif, Marie-Agnès Gillot et Blanca Li ont suspendu le temps en livrant une performance exclusive sur la scène de la maison de couture, grande Première pour les deux étoiles qui n’avaient jamais dansé ensemble auparavant.

Dans le public, c’est toute la bande des années Palace, fastueuses mais macabres à la fois avec les premiers ravages du VIH, qui s’est donnée rendez-vous pour soutenir le programme et signer la pétition. La mode aussi s’est ralliée à la cause, avec quelques figures des écrans français dont la farouche Fanny Ardant.

http://www.association-iccarre.org

Photos: Romain Mayoussier

Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.