En 1942, Marcel Duchamp invitait, à l’occasion du vernissage de l’une de ses expositions à New York, des enfants à venir y jouer au ballon et à la marelle au déplaisir des visiteurs et invités. Lorsque certains leur faisaient la remarque, les enfants répondaient avec innocence : “Mr Duchamp told us we could play here” (“Monsieur Duchamp nous a dit que l’on pouvait jouer ici”). Voilà un titre tout trouvé pour l’exposition organisée au Musée des Arts et Métiers à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de l’artiste. Commissaire de l’exposition, Julie Bawin a réuni deux artistes marqués par l’univers duchampien pour exposer dans ce lieu dont on ne peut confirmer que Duchamp connaissait les collections, mais dont nombre d’objets ont sans aucun doute inspiré les créations. Ainsi, Mathieu Mercier et François Olislaeger investissent la collection permanente du musée jusqu’au 17 février prochain : alors que le premier y associe des objets provenant de sa propre collection (pour la plupart inspirés de “La Mariée mise à nu par ses célibataires, même” et de l’érotisme présent dans l‘œuvre de Duchamp), François Olislaeger développe une narration sous forme de bande-dessinée qui se déploie jusque dans des suspensions mobiles accrochées au plafond. Tout comme les enfants des années 1940 s’amusant au milieu des œuvres du père du readymade, les artistes considèrent son héritage comme la case départ d’un jeu. Un jeu auquel les invités du Musée des Arts et des Métiers se sont tous amusés à prendre part, de la manière la plus duchampienne qui soit : déguisés, transformés, réinventés à l’image de Rrose Selavy et non sans l’aide du Champagne Selavy, partenaire tout trouvé de l’événement… “Eros, c’est la vie!”

Photos: Michael Huard

Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.