Prix du Fooding Guide 2013

Ecole des Beaux-Arts

12.11.2012
#lifestyle

L’escadron du Fooding a remis lundi soir ses très convoités prix du Fooding – Guide 2013. Et pour jouir sans entrave de l’immuable bacchanale, mieux valait avoir un bon manteau : après les Buttes Chaumont pour ses dix ans et les Voûtes l’année dernière, le bureau du ‘yumming’ a monté ses cuisines dans la cour de l’Ecole des Beaux-Arts. Ses « camions Pouet Pouet » en fait, au nombre de dix, venus de France, de Navarre, et de bien plus loin. L’indispensable camion friterie tout droit débarqué de Liège, le Morris Truck de NYC, ou encore le camion Porchetta de Copenhague ont donc fait office de prologue gastronomique, généreusement arrosé de cuvées Veuve Cliquot – endeuillée mais salvatrice par grand froid. Le PAF crypté se réchauffe autour des bidons à braises. Ambiance ‘from the block’, version IXème.

Juste de quoi se mettre en bouche pour le grand diner dressé dans la cour vitrée – et pompéienne – de l’école : quatre immenses tablées en l’honneur de l’élégance franchouillarde, de l’authenticité franco-centrée, et du bobo-bon goût. A Jamel Debbouze et ses joyeux drilles du Comedy club de remettre les couronnes et remonter les braguettes : Fooding de la meilleure table pour Roseval, du meilleur cuisinier pour Guillaume Monjuré (qui officie chez Palegrié, Lyon), et Fooding d’honneur pour Kristin Frederick et son illustre ‘Camion qui fume’. Les blagues fusent à la vitesse des bouteilles de rouge. La foule se gausse, comme toujours avec le Fooding, comme souvent avec Jamel. Et un petit gig de Laurent Garnier pour le dessert, parce que ça, c’est vraiment Fooding. B.B.

Photos: Virgile Guinard
Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.