Soirée du Prix Guide Fooding 2014

Cirque d'hiver Bouglione

25.11.2013
#lifestyle

Ça y est, c’est tombé : le Bureau le plus yummy de la capitale a dévoilé le palmarès de ses préférés 2014 et décerné ses Prix Guide Fooding lors d’une soirée « Amicalement Queer ».

Heureux soient ceux qui viennent grossir la liste de ses coups de coeur, car le Guide Fooding est une bible pour tout épicurien en quête de gastronomie servie bonne franquette. Heureux aussi soient ceux qui ont vécu, en live, le sacre joyeux des récipiendaires, lors du grand raout annuel du Bureau qui s’est tenu cette année au Cirque d’Hiver. Voila un hôte approprié pour cette manifestation hors du commun qui, de tradition, ressemble plus à un cirque qu’à un diner de l’ambassadeur. Et c’est tant mieux ! Les Augustes de Bouglione n’ont qu’à bien se tenir.

Mais passons. A peine arrivés, le ton « Amicalement queer » est donné. Dans la file d’attente, Yves Camdeborde semble déjà s’être allègrement tartiné du rouge à lèvres de sa compagne, bien qu’il soit seul ce soir-là. Affamées, les rédactrices en chef des éditions Jalou frétillent affublées de moustaches aux tailles diverses. Les portes du chapiteau de béton s’ouvrent sur une première mise en bouche : Tempura de Poireaux, fris in situ par l’équipe de L’Entrée des Artistes. Premier coup de poing gustatif.

En attendant de découvrir, en mâchant, la suite, les vestiaires font office de sas. Assez rare pour en faire mention, car les soirées Fooding se déroulent habituellement sous des latitudes polaires, à savoir dehors, et en gros manteaux. Pour la première fois depuis longtemps, on se déleste du fatras hivernal avant d’engloutir ce que les cuisines parisiennes sortent de plus appréciable, façon Fooding. Et là…

Les stands alignés comme des tomates dans leur cagette proposent, selon humeur et affinités : les huîtres de Prat-Ar-Cum d’Yvon Madec, le Ma Po Tofu du Yam’Tcha, le tartare du Beef Club ou encore le Bellota-Bellota de Philippe Poulachon. C’est Byzance, n’est-ce pas Philippe? Mais avant toute chose, c’était au corner Pantruche qu’il fallait s’arrêter, car les raviolis de Paleron posés sur leur bouillon céleri boule et pomme Granny Smith sont d’une délectation à faire faillir Tantale.

S’ensuit l’instant cérémonial, celui où les sacrosaints trophées sont remis aux lauréats des mains de Catherine et Liliane – pardon, Alex Lutz et Bruno Sanches – les deux MC de la soirée. Jamel Debbouze, coordinateur rigolo des festivités 2012, y jette un oeil amusé. Citons dans le désordre : Le Mary Céleste (meilleur bar à délices), Simple Sushi (meilleur sushi), Buvette (Fooding d’amour) et Richer (meilleur Bistrot). Le graal du Fooding d’honneur revient quant à lui à la bande des bars populaires. Il paraît que c’est trop bon.

Pour clore le parcours, les desserts se dégustent à même la piste, sous le chapiteau, où une série de lives attendent les invités. Trois concerts, trois ambiances, avec Théodore, Paul et Gabriel (qui sont en fait des femmes), les créatures de la Club Sandwich et Nicolas Ullmann, professeur ès transformisme. On reste dans le thème donc, côté scène comme dans les assiettes, avec les millefeuilles chocolat de Katsuaki Okiyama, qui vient d’Abri, à Paris. Les attablés exultent, les marmites ronronnent, et les grands crus coulent à flots. C’est ça, un instant Fooding. B.B.

Photos: Cédric Canezza

Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.