Qui a dit que l’art ne pouvait pas être amusant n’a pas encore été initié à l’œuvre de Philip Colbert. Depuis des années, l’artiste britannique a acquis une reconnaissance internationale pour son approche multidisciplinaire (Philip conçoit même des vêtements) et son « hyperréalisme pop » reconnaissable entre mille. Son « Monde de l’art » fait aujourd’hui l’objet d’une exposition à la Galerie Nichido de Tokyo, la première exposition personnelle de l’artiste dans la ville. Le 4 septembre, Colbert inaugurait une série de nouvelles peintures à grande échelle ainsi que des mini-sculptures de son « alter-ego », le homard rouge cartoon (qui est aussi le héros du tout premier jeu en réalité virtuelle de Colbert). La Galerie Nichido, qui se spécialise dans l’art occidental au Japon depuis 1928, s’inscrit comme le cadre parfait pour exposer le travail de l’artiste. En un coup d’œil, on remarque aussi que le homard (parfois affublé d’une couronne ou d’un bouclier d’Avenger) est habillé de la même façon que l’artiste présent ce soir là: un costume imprimé ‘“œuf au plat” qui fait entièrement partie de l’expression artistique de Cobert. Son travail a notamment convaincu Charles Saatchi, qui n’est pas resté indifférent face à son habileté à mélanger des références classiques comme les autoportraits de Van Gogh ou les croquis d’Egon Schiele avec des émojis et des images de synthèse. À voir absolument pour tous les amateurs d’art basés à Tokyo, l’exposition marque également le lancement de Say Who Japan. Après 10 ans passé à couvrir tous les événements culturels majeurs à Paris, l’équipe Say Who s’exporte au Japon pour offrir un panorama du meilleur de la culture, des événements et des personnalités au Pays du Soleil Levant.

Photos: Mamie Tanabe

Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.