On ne peut pas vraiment dire que l’été a commencé tant que We Love Green n’a pas déployé ses scènes, workshops et restaurants bistronomiques dans le Bois de Vincennes. Au lendemain du festival de musique très engagé dans la cause environnementale et la prise de conscience écologique, on n’en ressort pas forcément intacts – mais toujours pour le mieux. Airs préférés encore en tête, performances visuelles imprimées sur la rétine et coups de soleil qui chauffent la peau (pas une goutte de pluie à déplorer cette année!), on n’a pas vu passer les trois jours de festival. C’est dire que la programmation était une nouvelle fois au rendez-vous. Tête d’affiche ultime, la légendaire Björk offrait là en exclusivité sa seule prestation de la saison en France avec un concert en clôture du festival. Au programme: une prestation entre le concert et la performance d’art contemporain sur fond de décor tropical utopique. Or le feu d’artifice général n’aura pas eu à rougir du bouquet final. Aux côtés des incontournables comme Juliette Armanet, Charlotte Gainsbourg ou Orelsan, on repère aussi les pépites émergentes Ibeyi, The Internet, Jorja Smith ou la jeune Angèle. Alors qu’on navigue de scène en scène et qu’on change d’atmosphère musicale, on s’arrête forcément voir l’installation artistique de l’année et on suit le mouvement jusqu’à quelques stands qui retiennent notre attention, comme celui des boissons bio Honest – belle alternative écolo à ceux pour qui les bars à vins, bières ou autres spiritueux n’auront pas fait l’affaire. Enfin, pour cette septième édition, We Love Green cultivait une nouvelle fois sa différence avec tout un programme de think tank autour de thèmes comme le “zero waste”, la propreté des océans ou la transition énergétique… Revue d’un week-end inspiré et engagé.

Photos: Valentin Le Cron & Pierre Mouton

Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.