Cyril Bodin 27.05.2010

Depuis qu’il a repris les rênes du Bus Palladium, tout le monde parle du revival de ce club mythique, temple du yéyé dans les années 60. Rocker à l’âme sensible et généreuse, Cyril mène sa barque comme il l’entend et ça lui réussit plutôt bien !

Pour les rares personnes qui ne te connaitraient pas encore, pourrais-tu nous expliquer en quelques mots qui tu es et ce que tu fais de beau ?

Je suis avant tout un musicien. Je suis le chanteur du groupe Amen Birdmen et j’ai toutes les casquettes qui peuvent me qualifier de « bobo branleur » : Directeur Artistique du Bus Palladium, RP, DJ…Et qui paradoxalement représentent beaucoup de travail !

Te considères-tu comme un party animal ? A quelle fréquence sors-tu en moyenne ?

Je suis 5 soirs par semaine dehors mais toujours au même endroit ! Donc oui et non.

Quels sont tes spots/tes soirées préférées à Paris ? Pourquoi ?

Le Bus ! Pas parce que j’y travaille, mais parce que j’y ai beaucoup de pouvoir. Je suis chez moi et je m’y sens bien. Dans l’ensemble je suis plus « organisateurs » que « soirées » en elles-mêmes. Mais j’avoue avoir un faible pour les soirées de Nicolas Ullmann ou il y a à la fois du chant et de la musique. L’alternance entre scène et clubbing et le rapport entre club et night me plait bien.

Et à l’étranger ?

J’ai beaucoup voyagé ces dernières années. A Londres, Berlin, Miami, Moscow, où je suis allé mixer, et bien je vais te dire je préfère Paris. Les soirées à Londres par exemple je trouve ça glauque et trop cher.

Quels sont les ingrédients d’une soirée réussie selon toi ?

Qu’il se passe un maximum de choses au niveau de la communion avec le public. L’accueil est très important aussi. Et il faut qu’il y ait un côté débridé qu’on retrouve chez une clientèle plus jeune. Tiens, par exemple, j’ai assisté dernièrement au concert des French Kiss au Scopitone. Les mecs, on aurait dit les Guns & Roses en 87 ! J’ai kiffé, et je me retrouve bien dans ce genre de soirée. C’est l’antithèse du « carré VIP » dans l’essence ! Coupure pub : quelle est ton actu en ce moment ?

Quelque chose à vendre ? Une petite annonce rencontre ?

Oui ! On vient de sortir sur Itunes notre maxi d’Amen Birdmen de 6 titres, Battle 79ep. Il y a un clip qui arrive aussi, et des dates… On est en train de prendre un virage électro, même si on garde le coté hard-rock et pop.

Tu es plutôt before/during/after ou les 3 à la fois ?

Je suis plutôt during d’une manière générale, dans la vie aussi. Je suis dans le présent à fond, y compris pour les soirées que j’organise. No future, no nostalgie est ma devise.

Qu’est ce qui te plait dans la nuit ? Et qu’est ce qui te déplait ?

J’aime quand il y a une certaine naïveté ambiante et que les gens se lâchent. Qu’ils ne se posent pas de questions, qu’ils ne sont pas dans l’observation des autres et d’eux mêmes. Moi je suis dans le trio bobos/rockeurs des beaux quartiers, pas soirées Dom Pérignon et princes arabes…

A quoi tu carbures le soir : cocktails et traiteurs, musique, stars… ?

Je m’autorise une beuverie par semaine. J’aime bien les mojitos. Sinon, tu sais moi je suis plutôt potes.

Raconte nous une anecdote de soirée qui t’a marquée.

Je n’ai pas d’anecdote particulière mais une soirée qui m’a marquée dans l’ensemble. La ACDC Party à la Flèche d’Or, chapotée par Nicolas Ullmann. Grand moment !

Quel est ton morceau dancefloor du moment ? De toujours ?

Si je ne devais n’en citer qu’un ce serait Welcome to the Jungle des Guns & Roses, l’hymne du Hard Rock ! C’est le morceau qui m’a réorienté quand j’étais dans ma période hip-hop. Il y a un morceau en ce moment qui fout le feu, c’est That’s my Number de Toots, mais la version reggae live !

Une spéciale dédicace pour finir ?

Dédicace à mon crew du 7.5.

Propos recueillis par Aurélie Siou

Vous aimerez aussi
Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.