Mathieu César La photographie sans limites 17.06.2015 #art

Ce que j’aime, c’est créer un univers et m’amuser avec des objets, des gens, des personnalités

Jeune et talentueux, Mathieu César a tout pour lui. Son oeuvre, de la photographie qu’il situe lui même « à mi-chemin entre la mode et l’art », séduit des magazines les plus pointus comme des personnalités historiques, Buzz Aldrin en tête. À l’occasion de sa dernière exposition à l’Espace Commines, nous sommes allés à la rencontre de ce photographe bien dans son temps. Présentations.

Raconte nous ton parcours en quelques dates.

J’étais coiffeur. J’ai fait un petit film sur le toit de l’Opéra avec mon frère danseur, qui a été acheté par les cinémas MK2. C’est ce qui m’a permis d’arrêter la coiffure et de changer complètement de voie. Quelque temps après, Louis Vuitton, ayant vu ce film, m’a confié un projet de film et de photo. C’est comme ça que je me suis aperçu que je préférais la photo.

Peux-tu me parler de l’installation que tu as dévoilée jeudi dernier à l’Espace Commines?

C’est une installation en trois dimensions. Il y a des images fixes, des photos, des installations d’objets, d’automobiles du futur, de vaisseaux spatiaux, et des performances avec un orchestre symphonique.

Mathieu César a-t-il des velléités artistiques qui dépassent le cadre de la photographie?

La photo est une discipline parmi d’autres. Ce que j’aime, c’est créer un univers et m’amuser avec des objets, des gens, des personnalités. Ça peut être via la photo, le film… Peut-être que demain, ça sera de la musique! Je ne me bride pas à un format.

Parle-nous de ton histoire d’amour avec Iconoclast, l’agence qui te représente.

À l’époque où j’ai fait ce petit film de danse, je suis rentré chez Irene Production. C’est le producteur Mourad Belkeddar qui m’y a fait entrer, avant de monter Iconoclast. À ce moment là, j’avais déjà envie de faire de la photo. Je ne me trouvais pas au niveau pour faire du film et j’ai préféré attendre un peu. Quelque temps après, ils m’ont appelé en me disant qu’ils montaient un pôle photo. Depuis, je travaille avec eux.

Tu travailles également beaucoup avec les Editions Jalou…

Je ne fais quasiment plus d’éditos, mais j’ai un projet avec L’Officiel bientôt. Mais, même si je ne fais plus beaucoup de choses avec eux, c’est une bande que j’aime bien, qui était là pour mon expo à l’Espace Commines, et c’est très cool.

Tu es également très proche de JC de Castelbajac, qui a grandement participé à te faire connaître. Quelques mots sur cette relation ?

Jean-Charles a été un des premiers à me donner un job en mode, quoiqu’encore je trouve qu’il est plus artiste que couturier. Il a été le premier à qui j’ai fait une facture pour un boulot ! Donc c’est drôle. A côté de ça, c’est un oncle de coeur, une personne que j’aime énormément, qui m’a aidé et avec qui je partage des goûts pour l’Histoire, la photo.

Avances-tu en bande ? Quel regard poses-tu sur l’importance du réseau aujourd’hui ?

Les gens d’Iconoclast constituent ma bande de tous les jours. En même temps, j’aime aussi être avec des gens très différents. Je n’ai jamais voulu me mettre dans un crew, parce que j’aime être libre et ne pas forcément être associé à un groupe de personnes ou un autre. Après, le réseau sert à faire des choses qu’on aime bien. Par exemple j’ai shooté Buzz Aldrin , le deuxième homme à avoir été sur la Lune, qui a 85 ans. La NASA nous a prêté sa combinaison et j’ai refait faire un drapeau par un artiste qui s’appelle Daniel Arsham, qui est chez Perrotin et qui fait partie d’une autre bande. Ça sert à ça les réseaux : à croiser des gens, à se présenter des gens, et à ne pas donner de limite au travail.

Et sur la mode, impitoyable ?

Je ne me sens pas comme un photographe de mode, ni comme un photographe d’art. Je suis un peu entre les deux. Impitoyable je ne sais pas, on ne m’a jamais fait de sale coup pour l’instant ! Je prends les choses comme elles viennent, c’est chouette d’aller à un défilé, d’être assis au premier rang entre Rihanna et Natalia Vodianova. À côté de ça, pour moi la mode reste du travail. C’est ça aussi qui me permet de faire des délires à côté et de me payer des expositions comme celle-ci.

Un petit avant-goût de ce qui nous attend avec toi en 2015 ?

J’écris un film sur l’histoire d’un jeune soldat allemand dans le débarquement de Normandie. Et un deuxième livre que je suis en train de préparer. Et des belles rencontres, la photo ça sert à ça !

Propos recueillis par Sabina Socol.Les photos du vernissage ici

Vous aimerez aussi
Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.