Mathieu Gontier Origine du délice 30.03.2015 #lifestyle

L’ambiance musicale est donc très importante au Petit Matieu. Il y a eu Anja Sugar, Mael (Leam), Supa Ju, Peter Pan, Inès Mélia, Eddie Megraoui… Tous les copains

C’est au bord du Canal Saint-Martin, dans le Paris qui bouge, que Mathieu Gontier a installé son bistrot gastro il y a deux ans. Si la faune branchée s’y agglutine depuis l’ouverture, c’est (bien sûr) pour ses petits plats inventifs (et délicieux) qui changent chaque mois, mais aussi pour sa playlist léchée et ses convives de choix. Rencontre avec un restaurateur d’un nouveau genre.

Parle-nous de la genèse de ce beau projet.

Je suis arrivé à Paris il y a huit ans. Après avoir fait l’école de cuisine Grégoire Ferrandi, j’ai fait un stage chez Guy Savoy. Puis, j’ai eu la chance de rencontrer Olivier Andreani et Nicolas Caumer, avec qui l’aventure A Loghja Paris a commencé. C’était une épicerie/bar à vins Corse dans le 5e, rue de la Montagne Sainte-Geneviève. Une aventure géniale pendant trois ans, jusqu’à ce que je décide de voler de mes propres ailes et de créer le Petit Matieu il y a deux ans.

Tu as fermé un premier restaurant dans le 5e avant de t’implanter rue des Vinaigriers, près du Canal. On est mieux à l’Est ?

Le 10e, c’est un quartier qui me ressemble. Je le trouve beaucoup plus cool que le 5e ou le 6e, alors que j’ai quasiment vécu rive gauche pendant quatre ans. Je me suis installé ici en partie grâce à mon entourage, j’ai pas mal de copains qui vivent dans le coin. Et surtout, j’ai tout de suite été séduit par ce lieu qui abrite désormais le Petit Matieu, je l’ai voulu dès le premier instant!

Le succès du Petit Matieu n’est pas dû qu’à la carte… On le doit aussi à la playlist concoctée par Tête d’Affiche. Qu’est-ce qui te lie à eux ?

J’ai rencontré Greg Boust quand j’étais encore chez A Loghja. Il m’a fait mixer au Baron, aux Festivals de Hyères et de Cannes, en Corse… J’ai rencontré beaucoup de gens grâce à ça. Désormais, chaque mois, j’ai un ami DJ qui me fait une playlist. L’ambiance musicale est donc très importante au Petit Matieu. Il y a eu Anja Sugar, Mael (Leam), Supa Ju, Peter Pan, Inès Mélia, Eddie Megraoui… Tous les copains. Les gens me demandent souvent des infos sur la musique d’ailleurs !

De qui se compose la bande du Petit Matieu ?

Des personnes suscitées et de leurs amis. Ma clientèle se compose surtout de personnes du milieu artistique, de la musique, de la mode… On y croise souvent Kavinsky, Para One, DJ Pone, Gaelle Constantini… Ce sont des gens qui sortent beaucoup à Paris, un peu branchés, qu’on voit souvent un peu partout.

Tu collabores souvent avec Calvi on the Rocks…

A l’époque d’A Loghja, on faisait une soirée le dimanche soir sur le toit de l’Hôtel Mariana. L’été dernier, on avait installé une petite cabane bar à vin à l’intérieur du Théâtre de Verdure. Une vraie réussite ! Du coup, cette année, l’équipe du Petit Matieu et tout ce que ça comporte (food, musique…) se déplace à la Table d’A Loghja, Rue Clémenceau à Calvi. On organisera un apéro « Calvi by le Petit Matieu » tous les soirs du Festival.

Tes projets « on the side » ?

J’ai créé un pôle traiteur car j’avais beaucoup de demandes, surtout de la part des marques. J’ai collaboré avec Princesse Tam Tam, American Vintage, Lemon Chic, Comptoir des Cotonniers… On travaille les mêmes produits, mais sous forme de finger food. J’espère le développer encore plus !

Et pour 2015 ?

Je risque d’ouvrir un nouveau restaurant dans un futur proche, et de développer la partie traiteur. J’ai également entamé quelques collaborations un peu plus mode, je fais des sacs et des t-shirts brodés, une collab avec les bougies Pop Up… Bref, plein de nouveautés pour cette année.

Propos recueillis par Sabina Socol / Photos : Romain Mayoussier

Vous aimerez aussi
Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.