retour
#DESTINATION

Bjarne Hansen X The Audo Hotel Copenhague : une sensation pure

Il n’était pas question pour lui de bâtir, « un simple hôtel ». Il fallait que les gens s’y sentent mieux que partout ailleurs, voire même, que chez eux ! Chaque chose est sa place. Dispositions, matières, tout à fait l’objet d’une réflexion approfondie. Sourcer des matériaux exclusivement recyclés, que la création permanente d’artistes en résidence, met en résonance. Assombrir les chambres pour qu’on s’y sente protégé et à l’inverse, déverser la lumière dans toutes les parties communes pour y puiser toute l’énergie nécessaire. Au fond, dans ce lieu de vie comme dans une forêt primaire, les essences de bois cohabitent en harmonie, sans bruit ni heurt. Ici sans doute réside sa vraie réussite. S’installe ensuite un dialogue apaisé avec les étoffes adjacentes, flanelles, velours et cuirs végétaux, le tout sans forcer. Et pour la note brutaliste ? Minéraux et céramiques se sont emparés des pièces d’eau. L’harmonie, toujours. Espace de travail, studios, restaurant, boutique hôtel, comme les rares voitures qui sillonnent la ville, l’hôtel n’a que l’hybridation pour horizon. Un endroit idéal pour humer les premiers frimas d’un hiver qui tarde à s’annoncer.

Bjarne Hansen X The Audo Hotel Copenhague : une sensation pure

Il n’était pas question pour lui de bâtir, « un simple hôtel ». Il fallait que les gens s’y sentent mieux que partout ailleurs, voire même, que chez eux ! Chaque chose est sa place. Dispositions, matières, tout à fait l’objet d’une réflexion approfondie. Sourcer des matériaux exclusivement recyclés, que la création permanente d’artistes en résidence, met en résonance. Assombrir les chambres pour qu’on s’y sente protégé et à l’inverse, déverser la lumière dans toutes les parties communes pour y puiser toute l’énergie nécessaire. Au fond, dans ce lieu de vie comme dans une forêt primaire, les essences de bois cohabitent en harmonie, sans bruit ni heurt. Ici sans doute réside sa vraie réussite. S’installe ensuite un dialogue apaisé avec les étoffes adjacentes, flanelles, velours et cuirs végétaux, le tout sans forcer. Et pour la note brutaliste ? Minéraux et céramiques se sont emparés des pièces d’eau. L’harmonie, toujours. Espace de travail, studios, restaurant, boutique hôtel, comme les rares voitures qui sillonnent la ville, l’hôtel n’a que l’hybridation pour horizon. Un endroit idéal pour humer les premiers frimas d’un hiver qui tarde à s’annoncer.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Inscription à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.