retour
#DESTINATION

Chetzeron Hotel X Sami Lamaa : de la Suisse dans les idées

Les constructions montagneuses forcent le respect. Faites pour affronter les pires conditions, même désaffectées, le temps, qu’il s’écoule ou qu’il fasse, n’a aucune prise sur elles. C’est la réflexion que s’est faite l’hôtelier Sami Lamaa à Crans Montana, en observant cette gare téléphérique des années 60, perchée à 2000m et laissée à l’abandon. Construction brutaliste par définition, offrant une ouverture béante sur les cimes adjacentes, le Chetzeron a commencé par être une bonne table d’altitude. Mais inévitablement, à l’heure où les derniers skieurs s’apprêtent à descendre, les plus belles lumières qui les raccompagnent sont aux prémices de couchers de soleil hautement Instagramables. Pour que tout un chacun puisse profiter du spectacle, l’idée d’un hôtel sonna comme le prolongement évident. Dans la même veine que la construction initiale, mais écologiquement responsable, un agrandissement fût entrepris pour offrir la sensation rare de s’endormir la tête dans les nuages, un peu comme on le serait dans une immense cabine de première classe. Cuisine florale et circulaire, vins du Valais adjacent, spa revigorant, le séjour laisse un souvenir prégnant. Et les skieurs sont unanimes sur une chose : commencer sa journée en effectuant les premières traces procure un plaisir indicible.

Chetzeron Hotel X Sami Lamaa : de la Suisse dans les idées

Les constructions montagneuses forcent le respect. Faites pour affronter les pires conditions, même désaffectées, le temps, qu’il s’écoule ou qu’il fasse, n’a aucune prise sur elles. C’est la réflexion que s’est faite l’hôtelier Sami Lamaa à Crans Montana, en observant cette gare téléphérique des années 60, perchée à 2000m et laissée à l’abandon. Construction brutaliste par définition, offrant une ouverture béante sur les cimes adjacentes, le Chetzeron a commencé par être une bonne table d’altitude. Mais inévitablement, à l’heure où les derniers skieurs s’apprêtent à descendre, les plus belles lumières qui les raccompagnent sont aux prémices de couchers de soleil hautement Instagramables. Pour que tout un chacun puisse profiter du spectacle, l’idée d’un hôtel sonna comme le prolongement évident. Dans la même veine que la construction initiale, mais écologiquement responsable, un agrandissement fût entrepris pour offrir la sensation rare de s’endormir la tête dans les nuages, un peu comme on le serait dans une immense cabine de première classe. Cuisine florale et circulaire, vins du Valais adjacent, spa revigorant, le séjour laisse un souvenir prégnant. Et les skieurs sont unanimes sur une chose : commencer sa journée en effectuant les premières traces procure un plaisir indicible.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Inscription à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.