fbpx
retour
#PRECIOUS

Rolex Daytona x Stefano Tsitsipas : de la piste à la terre

Si on ose le dire, ça semble en tout cas commencer à se murmurer. Et si Stefano Tsitsipas était le prochain Roger Federer ? Droitier, revers à une main, jeu délié tourné vers l’avant, montée éclair, volée déposée…les analogies ne manquent pas. Certes Tsitsipas n’est pas encore numéro 1 mondial et à ce stade reste très éloigné du colossal palmarès du suisse, mais il partage une même passion pour la Rolex Daytona. Chronographe de légende destiné aux pilotes de la fameuse course automobile de Daytona en Floride, la montre née en 1963 n’a vu sa carrière mise sur orbite qu’au début des années 90. Rare à la vente, elle commence à rentrer dans les esprits comme un des totems de la cool culture. Aperçue précédemment aux bras des meilleurs, de Newman à Belmondo en passant par Gainsbourg, Clapton ou Agnelli, elle n’a depuis et au fil des générations, jamais cessé d’être désirée. C’est avec elle à son poignet que le champion grec s’est présenté sur le podium dimanche dernier pour recevoir son trophée à Monte-Carlo. Une passion qu’il partage avec d’autres résidents du top 10 mondial comme Alexander Zverev, Dominic Thiem ou le très prometteur Carlos Alcaraz. A un mois de Roland Garros, avec tous ces bras, ça serait bien le diable si l’on ne voyait pas une nouvelle Daytona brandir un trophée porte d’Auteuil.

Rolex Daytona x Stefano Tsitsipas : de la piste à la terre

Si on ose le dire, ça semble en tout cas commencer à se murmurer. Et si Stefano Tsitsipas était le prochain Roger Federer ? Droitier, revers à une main, jeu délié tourné vers l’avant, montée éclair, volée déposée…les analogies ne manquent pas. Certes Tsitsipas n’est pas encore numéro 1 mondial et à ce stade reste très éloigné du colossal palmarès du suisse, mais il partage une même passion pour la Rolex Daytona. Chronographe de légende destiné aux pilotes de la fameuse course automobile de Daytona en Floride, la montre née en 1963 n’a vu sa carrière mise sur orbite qu’au début des années 90. Rare à la vente, elle commence à rentrer dans les esprits comme un des totems de la cool culture. Aperçue précédemment aux bras des meilleurs, de Newman à Belmondo en passant par Gainsbourg, Clapton ou Agnelli, elle n’a depuis et au fil des générations, jamais cessé d’être désirée. C’est avec elle à son poignet que le champion grec s’est présenté sur le podium dimanche dernier pour recevoir son trophée à Monte-Carlo. Une passion qu’il partage avec d’autres résidents du top 10 mondial comme Alexander Zverev, Dominic Thiem ou le très prometteur Carlos Alcaraz. A un mois de Roland Garros, avec tous ces bras, ça serait bien le diable si l’on ne voyait pas une nouvelle Daytona brandir un trophée porte d’Auteuil.