fbpx

Avec « Die Taubenpost », Adel Abdessemed renverse l’image populaire du pigeon voyageur et le transforme en un oiseau destructeur. Image communément associée à la transmission de messages, le pigeon voyageur devient à travers cette œuvre monumentale (2 mètres d’aluminium) la représentation d’une bombe à retardement – celle de la peur de l’autre qui menace notre société. À l’invitation de Jacqueline Frydman, l’artiste né à Constantine en 1971 utilise l’image anodine cet oiseau (un motif courant dans son œuvre) du quotidien pour incarner l’omniprésence des forces armées dans la ville. L’oiseau ne porte plus un message mais bien une bombe. Exposée jusqu’au 7 novembre prochain, l’œuvre était inaugurée cette semaine au Passage de Retz en présence de nombreuses personnalités telles qu’Isabelle Huppert, Bernard Blistène, Didier Krzentowski, Jean Nouvel, Elie Top ou Hervé Chandès.

Photos : François Goizé

Vous aimerez aussi
Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Inscription à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.