Playboy renaît de ses cendres

V.I.P Room

09.12.2016
#média

Ambiance feutrée et presque intellectuelle aux allures de préliminaires très, très soft à l’occasion du retour en France de l’iconique et sulfureux magazine Playboy. Sous l’égide de l’homme d’affaires belges Davis Swaelens-Kane, de Lady Monika Bacardi et du duo de journalistes Guillaume Fédou / Raphaël Turcat qui en assurent dorénavant la rédaction en chef, le Bunny le plus hot du monde a réuni vendredi soir au VIP Room amis et collaborateurs, dont le mannequin Myrtille, le photographe Mathieu César à l’origine de la cover inaugurale, et l’agence TDA de Greg Boust, programmatrice musicale et DA de la soirée. Après avoir cessé son activité dans l’Hexagone en 2011, la revue au lapin pointe à nouveau le bout de sa queue avec la ferme volonté de s’imposer comme le masculin parlant aux femmes, avec notamment un tirage ambitieux de 150 000 exemplaires. Question d’époque, ses lapins mutins ont délaissé pour la soirée leur bustier, préférant se pavaner plus discrètement en T-shirt, tandis que le magazine, moins porté sur la nudité, vise à offrir une culture piquante et sensuelle. Un renouveau en douceur que sont venus fêter l’artiste-écrivain Thomas Lélu, le pianiste Mattias Mimoun, la créatrice Marissa Seraphin, la porn star devenue DJette Katsuni aka Céline Tran et toute une ribambelle de bunnies made in Paris que Hugh Hefner n’aurait surement pas boudés.

Photos: Jean Picon
Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.