Anaïs Nin était une personnalité hors normes. Sa vie transatlantique palpitante et sa plume audacieuse à l’encontre des moeurs de l’époque ont fait de l’écrivaine américaine l’une des personnalités clé de la littérature du XXème siècle. Les écrivaines Capucine Motte et Nelly Alard décident en 2015 de lui rendre hommage en créant le Prix Anaïs-Nin. Ce prix littéraire récompense une œuvre qui se distingue par “une voix singulière, une exploration inédite de la langue française et une liberté absolue face à l’ordre moral”. Après Virginie Despentes en 2015 ou Nina Léger en 2017, c’est Lionel Duroy qui a été primé ce mardi à l’Odéon-Théâtre de l’Europe pour son roman “Eugenia”, inspiré du journal de l’écrivain Mihail Sebastian dans la Roumanie antisémite des années 1930. Le jury était composé des deux fondatrices du Prix, de la lauréate de 2018 Catherine Cusset, des écrivains Karine Tuil et David Foenkinos et de Pierre Bontemps, président de la société Coriolis, pour ne citer qu’eux. Soutenu par la fondation Anaïs Nin, le Prix est le seul prix littéraire français orienté vers le monde anglo-saxon, et a pour objectif de promouvoir les auteurs français auprès des éditeurs anglais et américains : le prix consiste en la traduction en anglais de l’oeuvre choisie pour favoriser sa publication en dehors de l’Hexagone.

Photos: Valentin Le Cron
Vous aimerez aussi
Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.