Marguerite Duras, Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre… Le grands noms de la littérature française ont fait de Saint-Germain-des-Prés un haut lieu de la vie intellectuelle parisienne. Irrévocablement associé aux écrivains, le Café de Flore accueille aujourd’hui des clients du monde entier désireux de se glisser dans la peau des intellectuels qui peuplaient ces lieux il y a un demi-siècle. En 1994, alors que de nombreuses librairies étaient remplacées par des boutiques de luxe, Frédéric Beigbeder et Carole Chrétiennot décident de créer le Prix de Flore afin de renouer avec la tradition littéraire de Saint-Germain-des-Prés. Chaque année, le Prix distingue une plume prometteuse au talent insolent et original. Après Zarka et Pierre Ducrozet, gagnants ex-aequo en 2017, c’est Raphaël Rupert qui recevait les honneurs hier soir dans un Café de Flore plein à craquer pour son premier roman. Présidé par Frédéric Beigbeder et composé de Manuel Carcassonne, Carole Chrétiennot, Michèle Fitoussi, François Reynaert et Christophe Tison pour ne citer qu’eux, le jury a choisi “Anatomie de l’amant de ma femme” comme révélation de 2018. L’auteur, urbaniste de profession, touchera une bourse de 6 150 euros, et aura droit tout au long de l’année à un verre de Pouilly-fumé gravé à son nom…

Photos: Jean Picon
Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.