Jules Gassot 17.09.2010 #art

« Une gueule d’ange et un style maléfique. Ce môme est un petit prince à la verve fourchue. Une fulgurance avec un sourire timide. » Nicolas Rey

Qui êtes-vous, Jules Gassot ?

Je suis né dans les années 80 d’un père Français et d’une mère Suisse. Une sœur formidable. Le matin je me lave les dents deux fois. Et je me plonge dans Libération. Sans savoir ce que la journée me réserve.

Comment vous êtes-vous retrouvé dans ce joyeux « Bordel » ?

L’éditeur Stéphane Million m’a proposé d’écrire une nouvelle dans sa revue Bordel après avoir vu un de mes courts-métrages. Il m’a donc donné la vie. Quelques mois plus tard, il recevait le manuel de savoir vivre à l’usage des jeunes filles sur son bureau. Il avait enfanté Alien.

Parlez-nous de la genèse de ce manuel. Comment vous est venue cette idée ?

Je venais d’offrir Septentrion de Louis Calaferte à une jeune fille. Devant la joie qu’elle éprouva à la lecture de ce grand bonhomme, je devais réagir. L’idée du manuel était née. Transmettre le peu de mes trouvailles et les partager. A force de se plonger dans le Code de la route ou le Code Civil, on oublie le charme de la vie. Pourtant il est là, palpable. Le manuel tente de les rendre accessibles.

Qu’est-ce qu’une jeune fille ?

Une minorité qui sauvera le monde.

Ce n’est pas un peu prétentieux, à 25 ans, de se poser en contempteur ou du moins en analyste de la jeune fille ?

Cela fait 9125 jours que je les observe. La prétention n’est pas dans la description, mais dans la volonté d’écrire un livre, je vous l’accorde.

Nicolas Rey, dans la présentation qu’il fait de vous, vous envoie des fleurs, c’est parce que vous allez adapter son livre au cinéma ? Comment les recevez-vous ?

Avec enchantement. Nicolas est un homme magnifique, bourré de talent. Il suffit de l’écouter sur France Inter ou de piocher n’importe quelle phrase d’un de ces livres. Il n’y a aucune faute de goût. Je n’ai pas connu Marcello Mastroianni, mais je suis sûr qu’il y a peu de lui dans Nicolas.

Revenons aux jeunes filles, quelles sont celles qui vous ont inspiré ?

Celles que j’ai découvertes très jeune, dans les salles obscures, puis celles avec qui je parlais de celles vues sur l’écran. Il y a celles de nos manuels d’Histoire et celles croisées sur les trottoirs. Ma sœur fut une inspiration quotidienne. En fait, toutes celles que j’ai aimées.

A Paris, quels sont les meilleurs lieux d’observation in vivo de cette espèce à part ?

Tous les lieux sont propices à la découverte des jeunes filles. Que ce soit dans le domaine public, ou privé. Une jeune fille qui essaye des vêtements chez H&M ne les enlèvera pas forcément de la même manière dans une chambre d’hôtel.

Quel avenir pour la jeune fille ? Rangée, vieille… ?

Son avenir est menacé par la répression qui s’abat sur nous. Partout c’est la prohibition chante Brigitte Fontaine. Il y a aussi la vulgarité qui se répand à vitesse grand V. Mais, heureusement, vous êtes là et votre site aussi pour lutter contre la disparition du plaisir. Si seulement le réchauffement climatique pouvait enflammer nos neurones…

Pensez-vous, Jules, être une jeune fille comme les autres ?

Absolument, chère Florence.

Propos recueillis par Florence Valencourt.

Manuel de savoir-vivre à l’usage des jeunes filles, Jules Gassot. Stéphane Million Editions.
En vente depuis le 9 Septembre.

julesgassot

Vous aimerez aussi
Inscrivez-vous à la Newsletter

Les événements et les rencontres qui ont marqué la semaine !

Mailchimp

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.